Accueil > Droit administratif > Alcool au volant : quelles solutions pour sauver votre permis ?

Alcool au volant : quelles solutions pour sauver votre permis ?



La conduite en état d’ivresse est une infraction prévue et sanctionnée par la loi. En fonction du niveau d’alcoolémie détectée par les agents de l’ordre, vous pouvez perdre définitivement votre permis. Heureusement, il existe quelques moyens grâce auxquels vous pouvez sauver votre permis.

Alcool au volant : faites appel à un avocat pour sauver votre permis

L’alcool au volant peut être considéré comme une contravention ou un délit. La qualification de cette infraction dépend en réalité de la concentration d’alcool se trouvant dans votre sang ou dans l’air expiré lors de l’éthylotest. On parle d’alcoolémie contraventionnelle quand votre taux d’alcool par litre de sang est compris entre 0,50 et 0,80 gramme. Dans ce cas, vous vous exposez au paiement d’une amende forfaitaire de 135 €. Vous perdez également 6 points sur votre permis.

Lorsque ces taux sont dépassés, il s’agit alors d’un délit, et les sanctions sont logiquement plus sévères. En plus de 6 points, vous risquez deux ans d’emprisonnement, l’immobilisation de votre véhicule, 4500 € d’amende, la suspension, et dans le pire des cas, l’annulation de votre permis.

Pour sauver votre permis, et réduire toutes ces sanctions, vous pouvez faire appel à un avocat qui maîtrise les procédures en cas d’alcool au volant comme ceux du cabinet Stratem Avocats à Tours qui vous défendront devant le tribunal. Le rôle de l’avocat spécialisé dans les litiges routiers sera de déceler dans votre dossier, d’éventuels vices de procédure afin de tourner l’affaire en votre faveur. Dans le cadre d’une alcoolémie contraventionnelle, l’avocat n’est pas indispensable certes, mais il vous donne des conseils afin que vous évitiez de vous incriminer davantage.

Si vous êtes en période probatoire, la sanction de l’alcool au volant est encore plus sévère. En effet, pour ce type de conducteur, dès que la limite de 0,2 g/l de sang est franchie, le permis est immédiatement invalidé. En d’autres termes, vous perdez l’intégralité de vos points, et ne serez pas de sitôt autorisé à conduire à nouveau un véhicule. Le seul moyen de sauver votre permis dans une telle situation est de tout miser sur l’expertise d’un juriste spécialisé en droit routier.

Avocat alcool au volant

Évitez la suspension de votre permis en cas de conduite en état d’ivresse

En principe, l’alcoolémie se mesure chez un conducteur par le biais d’un dispositif spécial prévu à cet effet. La plupart du temps, il s’agit d’un éthylotest. Cependant, sans recourir à ce dispositif, l’agent verbalisateur peut conclure que vous conduisez effectivement en état d’ivresse. Pour en venir à cette conclusion, il se base sur certains comportements répertoriés dans la fiche A. Il s’agit entre autres de la difficulté à se tenir droit, les discours incohérents, l’haleine qui sent l’alcool, l’état pâle du visage, l’allure, etc. Lorsque deux de ces critères sont remplis, vous êtes automatiquement poursuivis pour conduite en état d’ivresse manifeste.

Dans ce cas de figure, l’article L234-2 du Code de la route prévoit des sanctions similaires à celles de l’alcoolémie délictuelle. Concrètement, vous vous exposez au retrait de 6 points de votre permis de conduire, à deux ans d’emprisonnement, l’immobilisation de votre véhicule, et au paiement d’une amende de 4 500 €. La peine finale qui vous revient est définie lors d’un jugement qui peut se faire à travers une procédure simplifiée ou alternative. Pour faire valoir vos droits au cours de cette instance, l’idéal est de mandater un cabinet d’avocats spécialistes des questions routières, qui se chargera de faire entendre vos arguments.

Dans l’optique de vous éviter la suspension de votre permis, il va lancer un recours contre la décision du préfet. Ensuite, il va s’opposer à la composition pénale, à l’ordonnance pénale, ou à la comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC). Cette démarche lui permettra d’obtenir une audience au tribunal correctionnel. En réalité, le passage au tribunal correctionnel peut s’avérer très éprouvant, surtout lorsque votre infraction est couplée à un refus d’obtempérer. Dans tous les cas, votre avocat usera de tous les moyens possibles pour obtenir un allègement de votre peine, ou encore, une relaxe totale.


Notez cet article :
Voter pour cet article

Auteur : Julie


Commentaires :




Rejoignez
la communauté
Planete Droit


+ de 100 000 membres

+ le guide du droit offert


Un avocat en ligne ?